Chapitre 9. Prémisses de l’héritage indo-guadeloupéen féminin : Recrutement féminin, Maintien du”Pengal” en Guadeloupe.

Repères, signification, contrat d’engagement. 

Par Minakshi Carien

Docteur en Science de l’Art de l’Université d’Artois

Les Indiens sont arrivés en Guadeloupe le 25 décembre 1854 à bord de l’Aurélie.[1]  Ce navire est entré en rade à Pointe-à-Pitre le 24 décembre et a accosté à la Pointe de Fouillole, non loin de l’habitation Darboussier[2]. Les Indiens ont été plongés dans un milieu géographique nouveau et une société différente. La dernière immigration d’indiens a été effectuée sur le Nantes-Bordeaux en 1889. Quarante-deux mille trois cent vingt-six Indiens ont été débarqués, répartis sur 93 bateaux.[3] Ces hommes et ces femmes (en petit nombre) ont été amenés sur l’île pour sauver l’économie sucrière. À leur arrivée, les Indiens ont dû s’acclimater et apprendre la vie dans cette colonie, comprendre et s’insérer dans ce nouveau milieu, parfois hostile. Venant d’horizons géographiques et sociaux différents, huit sur dix étaient hindous,[4] les Indiens ont su se regrouper dans ce milieu difficile.[5]

Ce terme “Pengal” vient du tamoul « Pongal » qui signifie « Bouilli par-dessus ». Qu’est-ce qui est « bouilli » ? Qui fait la préparation ? « Traditionnellement dans les maisons du Tamil Nadu (sud de l’Inde) on met à bouillir du riz avec du lait frais, de la mélasse ou du sucre brun, de la cardamone. Le contenant est posé sur des briques disposés au sol ce qui facilite la préparation. Pongal est avant tout « une fête des moissons et d’actions de grâce (…) mais il s’agit d’une fête séculière indépendante de l’hindouisme. »

Dans le Nord de l’Inde, Pongal est connu sous l’appellation de makar sankrithi. Le terme désigne « migration du capricorne » qui correspond au Solstice d’Hivers. C’est une fête populaire qui débute vers le 14 janvier. Elle est l’occasion de célébrer tant le solstice d’hivers, que la période de la mousson et les premières récoltes du riz. La durée de la fête est de 4 jours. La célébration du Pongal marque l’arrivée des jours fastes dans les foyers, dans le pays. Dans cette fête indienne, les femmes semblent jouer un rôle et avoir un statut d’officiant. Elles ont un rôle majeur et sont mises en valeur. Akka la sœur ainée est celle qui prépare, celle qui organise ce rituel. Cette présence est représentative de l’héritage féminin. Elle marque le rôle de “femme debout”, “femme poto-mitan”. Une figure féminine centrale dans la préservation du vocable ancestral, des legs culturels et cultuels. Une figure féminine qui garantit ces éléments dans le coeur et la matrice de son foyer.

Il semblerait que cette fête a été pratiquée en Guadeloupe. L’usage du terme Pengal atteste son existence. Le terme apparait clairement dans le contrat de « Pé Catherine » (seul contrat d’engagement à ce jour conservé). 

Extraits du contrat d’engagement de Pé Catherine : 

« Conformément au dernier paragraphe de l’article 48 de la convention internationale du 1er Juillet 1861, les articles 9, 10 et 21 de cette condition sont textuellement reproduits ici comme ….. du présent engagement.

A comparu le nommé Catherine fils de Badinesal agé de 22 ans originaire de Pondichéry, introduit dans la colonie par le navire N.Basi Verius, 1889 inscrit à la matricule générale sous le numéro 42999 précédemment engagé sur l’habitation Clugny

« Art. 21. – Dans la répartition des travailleurs, aucun mari ne sera séparé de sa femme ; aucun père, ni aucune mère, de ses enfants âgés de moins de quinze ans

Article 1er. Le nommé Catherine s’engage tant pour les travaux de culture et de fabrication sucrière que pour tous autres d’exploitation agricole et industrielle auxquels l’engagiste jugera convenable de l’employer et pour tous les travaux quelconque de la domesticité.

Art.8. Les jours de repos dus à l’engagé sont les dimanches, la fête de morts, la fête nationale et quatre jours de congé au commencement du mois de janvier de chaque année pour célébrer la fête du Pongal. 

.. Double aux … de l’immigré en présence des parties et des témoins qui, après lecture, ont signé avec nous le présent contrat.

Au moule lesdits jours, mois et an

L’engagiste                  Les témoins                                  L’engagé

Sargentaz             ligué : V.Henry Ligué L.Ferré                     illettrée

Le chef du service de l’immigration.

D’après leur statut personnel, les Indiens du sexe masculin viennent majeurs ; ceux de Pondichéry, à seize ans et de ceux de Calcutta, à quinze ans.Les femmes de deux provenances sont majeures à quatorze ans. Il est bien entendu que, dans aucun cas l’engagement des enfants ne pourra être d’une durée plus longue que celui des parents

» 

Ce contrat date du 29 décembre 1898. Il s’agit probablement d’un renouvellement de contrat d’engagement. Car comme le stipule le préambule, Pé Catherine a été “introduit par le navire N.Basi Vérius” en 1889 dans la colonie de la Guadeloupe.

Figure 1. Minakshi CARIEN, Contrat d’engagement, Archive familiale, Reproduction numérique © Minakshi Carien 

Juillet 1861 marquait la signature du pacte franco-britannique. Les français pouvaient recruter des travailleurs dans les territoires de l’Inde britannique. Ces contrats autorisaient des jours de repos aux engagés et la pratique de la fête du Pongal comme le stipulait l’article 8.

Malheureusement nous n’avons pas trouvé de contrat d’engagement dans la colonie de la Guadeloupe précédant l’année de 1861. Mais nous avons trouvé une similitude avec un contrat régit par la même législation dans les archives départementales de l’île de la Réunion.

Ce contrat stipulait également l’article 8. Il autorisait les engagés Indiens à pratiquer la fête du Pongal. 

Figure 3. Société de plantation, histoire et mémoire de l’esclavage à la Réunion, Contrat d’engagement de travail, Imprimé, Coll. Archives départementales de la Réunion, Reproduction numérique, © Société de plantation, histoire et mémoire de l’esclavage de la Réunion, Archives départementales de la Réunion. 

De plus en 2019, dans son exposition « Pongal en Guadeloupe », l’association du CGPLI a réalisée des panneaux qui présentent des images de fêtes du Pongal en Guadeloupe et en Inde. Les panneaux retracent les origines de cette célébration et la situe à partir des années 1861 comme en témoigne l’extrait du contrat d’engagement. En parcourant l’exposition, le spectateur se retrouve immerger entre deux pays (l’Inde et la Guadeloupe), confronter à deux temps (celui de l’immigration indienne et celui des pratiques du Pongal actuel). Le spectateur voyage, son regard traverse ce rituel qui donne une place centrale à la femme indienne et à ses indo-descendantes. Depuis quelque année, cette association réalisation la célébration du Pongal en Guadeloupe. La fête du Pongal est réalisée dans le cadre d’une manifestation culturelle marquant ainsi l’équilibre entre tradition et innovation. 

 

Progressivement pour maintenir les Indiens, l’administration coloniale va réglementer les conditions de recrutement féminin, en avançant l’argument de maintenir un climat serein dans les îles. L’administration coloniale se heurte aux injonctions des propriétaires qui n’entendent pas la nécessité de ce recrutement féminin. Pourtant l’enjeu reste le suivant : ce recrutement féminin permettrait de « retenir les engagés dans l’île ». L’intérêt n’est peut-être pas que de s’assurer le climat serein dans l’île, il y a peut-être aussi un enjeu mercatique. Car le rapatriement reste un dû intégré au contrat de travail, au bout de 5 ans l’Indien peut demander son retour en Inde. Mais le recrutement est difficile en Inde. En effet selon Schnakenbourg « De tous les problèmes que doivent résoudre les agents d’émigrations pour composer les convois, le plus difficile est indiscutablement celui du nombre de femmes. Cette question est en effet très soigneusement réglementée par les pouvoirs publics, tant français qu’anglais, qui en font l’un des axes essentiels de leur politique migratoire coloniale, au point que c’est véritablement de volontarisme dont on peut parler ici. » De plus l’existence des femmes dans le monde colonial conserve un aspect secret, discret et énigmatique. En effet pour Schnakenbourg « Dans ces conditions, recruteurs et agents d’émigration n’ont pas vraiment le choix, ils prennent toutes les femmes qui se présentent pour s’engager : fille-mères abandonnées et écrasées par « la honte d’une faute commise », prostituée «   à bout de ressources », personnes trop âgées pour pouvoir « donner un travail convenable au engagistes ». [6] En effet le statut féminin en Inde n’est pas toujours des plus appréciables. La femme indienne manque parfois d’indépendance et reste désireuse d’obtenir sa liberté. Cependant ces femmes se sont heurtées à une réalité difficile et une vie parfois emplie d’affliction. Elles ont réussi à combattre et à s’enraciner à la sueur de leurs fronts, travaillant avec autant de mérite que les hommes dans un monde colonial.

A l’époque colonial, les femmes Indiennes sont considérées comme Majeure à quatorze ans comme le précise les contrats.

Nos grands-mère d’origine indienne étaient des femmes actives, et avaient souvent une famille nombreuse entre 4 et 12 enfants. Ces femmes n’ont pas toutes été mariées. Mais ces femmes shakti étaient en fonction. Elles pouvaient être agricultrice, cultivatrice, commerçante, matrone, mabonne. Elles se sont battues pour élever leurs enfants. Elles ont transmis des valeurs fortes : la culture, la cuisine, le travail. Elles ont garanti le maintien des traditions à l’abris des regards mais dans leurs éducations.


[1] Singaravelou, Les Indiens De La Guadeloupe, Étude de Géographie humaine, travail soutenu comme thèse de doctorat de troisième cycle, le 1er Février 1974, à l’Université de Bordeaux III, Avant-Propos.

[2] C.Schnakenbourg, L’immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923), Histoire d’un flux migratoire, Thèse pour le doctorat en Histoire Contemporaine de l’Université de Provence (Aix-Marseille), UFR Civilisation et humanité, préparée dans la formation doctorale “Espace, Cultures, Sociétés” sous la direction du Professeur Philippe MIOCHE, Présentée et soutenue publiquement le 2 Avril 2005, en 6 volumes, disponible à  la bibliothèque inter université de la Sorbonne, Salle 3Michelet. 

[3] Singaravelou, Les Indiens De La Guadeloupe, Op.Cit., pp. 49-51.

[4] Ibid., p. 30.

[5] Ibid., p.140.

[6] Ibid.



Citer ce billet
Minakshi Carien (2023, 15 mars). Chapitre 9. Prémisses de l’héritage indo-guadeloupéen féminin : Recrutement féminin, Maintien du”Pengal” en Guadeloupe. Projet çak. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1bf

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/04/2023

    […] Prémisses de l’héritage indo-guadeloupéen féminin : Recrutement féminin, Maintien du”P…, par Minakshi Carien, sur le Carnet PROJET ÇAK ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search