Nelly Denise Parshad née Annacanon – Année 1896

Premier essai de « cartes d’identité d’une indo-descendante en Guadeloupe » créé dans le cadre d’une publication pour le revue Do-Kre-I-S numéro 4 dirigée par l’association Les Vagues littéraires.

Source : Archive familiale de Narayanan Robert

Nature : Pièce d’identité délivrée en 1976
Propriétaire du document : Lydia Narayanan @crédit photographique M.Carien

Nelly Denise Parshad est indéniablement une femme SHAKTI. Cette guadeloupéenne d’origine indienne était menue, claire de peau avec de longs cheveux grisonnants, souvent la tête attachée avec son carré madras.

Dans sa vie professionnelle : elle était « commandeuse » dans les champs de canne-a-sucre, et également responsable de la cantine scolaire. Elle exerçait ses métiers à responsabilité alors qu’elle ne savait ni lire ni écrire, grâce à sa grande mémoire.

Sa vie de famille était également d’une grande richesse : elle a élevé neuf enfants aux côtés de son mari, « géreur » d’habitation. Elle s’est battue toute sa vie pour ses enfants et ses petits enfants afin qu’ils acquièrent une bonne situation sociale. Elle leurs a inculqué ce goût du travail bien fait. Elle leurs a appris, particulièrement à ses petites filles,  à avoir la persévérance et le courage d’aller jusqu’au bout de ce qu’elle devait entreprendre. Elle leurs a appris à ne pas avoir peur.

Son identité guadeloupéenne était complexe. En effet elle en parlait peu car elle était sans cesse partagée entre ses origines indienne et béké. Elle avait une bonne diction car elle avait été élevée chez les békés. C’était la fille naturelle d’un béké qui a été empoisonné alors qu’il souhaitait reconnaître son frère jumeau et elle. Toutefois elle aimait l’expression créole « an ka craché baw » qu’elle utilisait pour envoyer sa petite fille faire les courses.

Ses origines indiennes étaient omniprésentes dans son quotidien. Elle était pratiquante hindoue. Elle a transmis à sa descendance ce gout pour le vocable indiens et pour les épices indiennes dans sa cuisine. Le vocable indien qu’elle utilisait le plus souvent était Chapal pour désigner ses savates. Mais également le mot coolie souvent suivi du terme colon quand elle racontait sa vie sur la plantation.

Le groupe de mot pour la qualifier serait : MAITRESSE FEMME. Elle a eu une vie professionnelle et une vie de famille. Elle a eu une identité guadeloupéenne complexe mais un attachement profond pour ses origines indiennes.

Portrait de l’équipe du Projet Naari Shakti

Par Minakshi Carien D’après le témoignage de sa petite fille Lydia NARAYANAN

I- LE PROJET SCIENTIFIQUE

M.CARIEN, étude numérique pour le logo des cartes d’identité, 2020, photomontage numérique @projetcak

1.1- L’enjeu du projet

Selon l’institut français, « avec les bases de données, c’est à un déplacement des frontières que nous assistons : frontières entre les disciplines, dont le recours commun aux instruments informatiques peut faciliter le rapprochement; frontières entre chercheurs en sciences humaines et ingénieurs, puisqu’un dialogue fécond se noue, dans les laboratoires, entre enjeux scientifiques et possibilités techniques. Surtout, l’arrivée d’Internet rend perméable cette limite qui, traditionnellement, sépare la recherche fondamentale de l’accès profane aux œuvres ou aux textes : d’un même mouvement, l’échange et le partage de contenus numériques irriguent les travaux des spécialistes et renouvellent l’accès de tous au patrimoine culturel, tendant ainsi un pont entre l’univers de la science et celui du débat public. »[1] Le projet « Cartes d’identité des indo descendantes » se situe dans cette dynamique. L’enjeu est de donner une visibilité aux figures féminines dans les paysages indiens et dans le monde de la globalisation. Il s’agit de révéler la richesse de leurs apports dans la construction d’une identité diasporique – « Indiaspora féminine » – par une démarche scientifique ouverte au grand public. Le projet consiste à créer une collection de cartes d’identité de femmes indo descendantes provenant tant de l’Inde que de l’Océan Indien et des Amériques. Il s’agit de rompre avec les stéréotypes de la femme indienne exotique, représentations imaginaires façonnées par le colonialisme, l’engagisme et l’histoire de l’immigration indienne. Les récits de vie de ces femmes, transmises oralement, montrent qu’elles se sont battues afin d’affirmer leurs identités et leurs existences dans les mondes coloniaux français et britannique. Certaines se battent toujours. Elles sont des figures arborescentes au sein de leurs foyers. Toutefois, leurs portraits, visages, noms et hommages manquent.

1.2-Description de l’idée

L’idée principale est de réaliser une enquête sous la forme d’un questionnaire afin d’analyser les traces et les trajectoires de ces femmes. Chaque mois, un portrait de femme sera diffusé par l’équipe. Il constituera la carte d’identité. Un article en français et en anglais sera associé à une carte d’identité.  Les articles seront diffusés conjointement sur des blogs de vulgarisation et sur des blogs académiques.

1.3. Mise en œuvre du projet 

La mise en œuvre et du projet se fait en trois ans de 2020 à 2023

1.4. Élaboration, constitution et diffusion des articles

L’élaboration des articles est centrée sur carte d’identité. Chaque page est dédiée à l’histoire d’une femme. Le canevas et la trame technique de la page comportent :

  • La carte d’identité de la femme (portrait, éléments identitaires)
  • L’article (français et en anglais) créé à partir des réponses aux questionnaires.
  • Le nom du dépositaire de cette mémoire orale.
  • Des images et illustrations légendées.
  • Des documents issus d’archives publiques ou familiales.
  • Des liens permettant de mettre en correspondance avec d’autres images ou supports textuels. 
  • Références bibliographiques
  • Remerciement, logo et copyright.

Chaque page est dédiée à une histoire précise d’une femme. Elle s’élabore à partir des réponses recueillies par une enquête.

La diffusion des cartes d’identité (articles illustrés) sera nominative. Elles seront diffusées une fois par mois suivant le calendrier universitaire. Les premiers articles seront réalisés en février 2022 et diffusés en mai 2022. Les blogs non académiques et académiques (blog hypothèses) des coordonnatrices, la page Facebook et celles des associations internationales ou des associations culturelles indiennes seront sollicitées pour renforcer la visibilité des cartes d’identité et favoriser les partages. La finalité est la publication des cartes d’identité.


[1] M.Dacos, P.Mounier, Humanités numériques. Etat des lieux et positionnement de la recherche français dans le contexte international, Rapport commandé par l’Institut franças, opérateur du ministère des Affaires étrangères pour l’action culturelle extérieur de la France.

BIOGRAPHIES DES COORDONNATRICES – Version française

Photographie numérique de Minakshi Carien, 2020 @projetcak

Minakshi Carien

Docteur en Sciences de l’art, théorie, praxis et Esthétique de l’Université d’Artois. Membre à voix consultatif du laboratoire Texte et Culture de l’Université d’Artois. Membre associé du laboratoire du Crillash de l’Université des Antilles. Membre associé du laboratoire indépendant Minority Art. Professeur certifié d’Arts-Plastiques dans le secondaire. Elle travaille au collège Alexandre Isaac en Guadeloupe. Titulaire de deux master 2 Arts-Plastiques (mention très bien) et Esthétique à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En complément de son parcours, actuellement inscrite en master 2 Histoire caribéenne spécialité histoire de l’art à l’Université des Antilles. Artiste visuelle spécialisée en vidéo-performance qui tisse dans ses recherches une dialectique entre Art et Littérature, entre Art et Histoire autour des concepts d’enfance et de conscience diasporique. Artiste engagée qui a cœur de réfléchir à la problématique indienne, qui attrait aux questions de genre depuis le contexte des flux migratoires du XIXe siècle (égalité homme femme, mutation identitaire, immigration, apport des femmes dans la Caraïbe et dans l’Océan Indien).

Photographie numérique de Anusha D’Souza, 2020 @projetcak

Anusha D’Souza

Conférencière en français au Mount Carmel College Autonomous, Bengaluru, Inde, elle a un master en études françaises et francophones de The English And Foreign Languages University, Hyderabad, Inde. Sa dissertation s’intitulait : Corps, caste, capitalisme : formation d’un communauté dans les Rochers de poudre d’or de Natacha Appanah. Anusha est passionnée par la littérature de kala pani et la littérature coolie. En 2020, elle a co-organisé un webinaire international autour de la problématique « du texte au contexte : apprentissage de la lecture empathique. (…) Dans cette série de conférences, il s’agissait de débattre des questions dans le contexte littéraire francophone liées à la représentation de la race, du genre, de l’immigration et des cultures autochtones. Les personnages littéraires tels Samba Diallo, Tituba, Marie-Pierre, Erzulie, Nanabozo, Mouna, Maire-Sophie, définis par leurs race, leurs genre ou leur appartenance géopolitique pourraient servir de phare dans cet apprentissage empathique. Ils nous poussent à repenser plus inclusivement les catégories identitaires que nous prenons pour acquises. »

Photographie numérique de Claire-Ania Virgile, 2020 @projetcak

Claire-Ania Virgile

Etudiante en master 2 études culturelles à l’Université des Antilles. Elle est basée à Shoelcher en Martinique. La pierre angulaire de ses recherches est l’ouvrage Coolie Woman, sa recherche attrait tant à l’intime (histoire familiale) qu’à une étude comparative sur les identités féminines indo-caribéennes. Ses sources sont variées : roman (caribéen et indien, anglophone et francophone), presses qui présentent et représentent les figures féminines d’origine indienne (dépouillement aux archives départementales de la Martinique des fonds photographiques) et entretiens sonore (l’oralité indo-martiniquaise). La dynamique de son étude porte sur des croisements, au carrefour de langues et de rapprochements culturels (rastafarisme et les sâdhu). Claire-Ania est photographe, elle est connue sous le nom de Saubaghya Photo. Son œil capte des portraits et dresse un panel authentique de sa Martinique natale.

« CARTE D’IDENTITÉ DES FEMMES INDO DESCENDANTES »

Période historique : du XIXe siècle à nos jours

Démarche : Une carte, une femme, un mois, un portrait, un article ».

Durée : Juillet 2020 – Mars 2023

Coordonnatrices du projet :

  • Minakshi CARIEN, docteur en sciences de l’art,  membre consultatif du laboratoire Texte et Culture, Université d’Artois, France
  • Anusha D’SOUZA, doctorante en littérature francophone et conférencière,Département français, Mont Carmel, College Autonomous, Bengaluru, Inde.
  • Claire-Ania VIRGILE, étudiante en master 2 études caribéennes,Université des Antilles, Martinique

Du Projet çak au projet « Cartes d’identité des indo descendantes » (Projet Naari Shakti)

I. Présentation du projet « çak », 2018.

Le projet « çak » est le projet d’archive numérique qui se place en conclusion de ma thèse intitulée « Femme indo-guadeloupéenne et création : non sati mais çakti » soutenue le 3 décembre 2018 à l’Université d’Artois. C’est une thèse en sciences de l’art dirigée par Benjamin BROU dont les membres du jury étaient M.Singaravelou, Mme E.Chiron, Mme I.Cattani. Le projet « çak » a la volonté de retracer tant la dimension historique, cultuelle, anthropologique et culturelle de l’héritage préservé en terres guadeloupéennes. Il possède une autre dimension : celle de témoigner de la présence de rituels hindous dans l’île. Il peut prendre la forme d’un projet collectif et collaboratif dont l’enjeu pourrait être celui d’une fédération des acteurs tant du domaine associatif que cultuel (vatialou) qui oeuvrent pour la préservation, la transmission, la représentation et la valorisation des héritages familiaux. Ce travail post-doctoral traite du thème de la mémoire ou des mémoires définis par Paul Ricoeur. Dans le cadre du projet « çak », ces phénomènes mnémoniques sont ancrés dans la figure des guadeloupéens d’origine indienne. Le point de départ est la collection de souvenirs, la révélation de ce qui les touche, ce qui reste de l’Inde en eux, de ce qu’ils en ont transmis à leurs enfants. Le retour aux phénomènes mnémoniques témoigne dans les écrits de Ricœur à un retour à une mémoire corporelle et à une mémoire du lieu. Dans ces carnets de recherche, il est question de noter, de collecter, d’archiver la mise en oeuvre et la matérialisation de ce projet.

M.CARIEN, Acte d’ascendance : copie non intégrale ?, 2018-2020, Photomontage numérique, Photogramme de performance « Manifeste du naître », Cartes postales anciennes de la Guadeloupe retouchées @projetcak

II. Présentation du projet « carte d’identité des indo-descendantes », 2020.

« Carte d’identité des femmes indo descendantes » est un projet numérique international (France métropolitaine/Inde/Martinique) au carrefour de plusieurs disciplines : sciences politiques, sciences de l’art, littérature francophone et anglophone, études caribéennes, question de genre, histoire et histoire de l’art. L’équipe mixte est formée de jeunes chercheurs (docteur et doctorants) et d’amateurs, qui souhaitent être encadrés par des chercheurs confirmés. S’inscrivant dans le champ des humanités numériques, le projet consiste à réaliser une enquête en ligne qui sera hébergée sur le blog académique « Projet çak ». L’enquête en ligne permet de reconstituer les portraits manquant des femmes indo descendantes sous la forme d’articles illustrés par une carte d’identité. Ce projet se situe dans la dynamique des rendez-vous numériques, des cartes blanches et du documentaire Décolonisation diffusé sur Arte.