Germaine Ramassamy née Jiounandan – 1925-                    

Germaine Jiounandan était une battante et une militante. Son époux s’appelait Raya Gervais Ramassamy. Ce couple a eu quatre enfants. Elle se définissait comme une Guadeloupéenne d’origine indienne. 

Madame Jiounandan n’était pas pratiquante hindouiste, elle était Témoin de Jéhovah. Les mots qui qualifieraient le mieux sa vie sont « souffrance » et « travailleuse ». Elle était agricultrice et commerçante. Son travail avait une place prépondérante pour elle. Elle était très attachée à cette valeur et à son labeur. 

L’éducation de ses enfants était aussi un élément clef, elle la garantissait comme elle pouvait et avec les moyens qu’elle avait. L’important, à ses yeux, était, que chacun d’eux ait sa place au sein de son foyer. 

Madame Jiounandan était une femme sensible et gentille. Sa culture, son héritage indien avait la première place. Elle avait le désir de les transmettre dans sa cuisine. Dans son foyer, on pouvait déguster des Colombo, des légumes ou poisroussi, Calalou Kanjou, Woulka et Tchoka. Elle faisait souvent un Talchi. Elle cuisinait de nombreuses plantes d’origine indienne (légumes et pois) tels que le Mouloukilé (appelé Sajan, ou Moulinkilé connue sous le nom vernaculaire de Moringa), du Pawoka (une variété de concombre amère appelé aussi Parka), Avelka (connu comme Pois Sème), Pickinga(connu comme Pichenga).

Son indianité était manifeste dans son langage, on pouvait l’entendre évoquer le Pengal parler également de Coolie et Talchi. Le terme Talchi désigne des épices revenues dans de l’huile puis rajoutées en fin de cuisson dans un repas pour rehausser le goût. Le terme Coolie désignait les travailleurs sous contrat. 

Madame Jiounandan parlait créole, on pouvait l’entendre utiliser l’expression « Messier les gendames, way fout » ce qui signifiait «les gendarmes, oh tant pis ou ce n’est pas grave ». 

Cette femme Shakti était sensible et travailleuse. C’était une battante, sa culture indienne occupait une place essentielle dans sa vie tout comme son travail. Elle militait pour que sa descendance perpétue les traditions culinaires et connaissent certains termes, certaines pratiques légués par ses ancêtres venus de l’Inde. 

Portrait n°43 par Minakshi Carien 

D’après le témoignage de sa petite-fille Sylvie Sinapin

Résident à Saint-François en Guadeloupe.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Minakshi Carien (15 mars 2023). Germaine Ramassamy née Jiounandan – 1925-                    . Projet çak. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1be


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search